6 équipes partenaires : 35 personnes
Subvention : 700 keuros

CNRS – IMRCP (Toulouse)
INSTITUT CLAUDIUS REGAUD (Toulouse)
INNOPSYS SA (Toulouse)
CNRS – LAAS Nano (Toulouse)
CNRS – LAAS Disco (Toulouse)
INSA – PTBF (Toulouse)

Campagne 2007-2013 : ONCOMATE

“Olfactory” Nano-detection of Cancers Obtained from MAchine-learning TEchnology porté par Juliette Fitremann (Toulouse)

Propose de mettre au point un nouveau système permettant la détection et le dosage des protéines dysfonctionnelles mises en évidence dans certains cancers -cancer du sein-, sans avoir recours à la production d’anticorps, ni à des techniques de marquage. Pour cela, un nouveau type de « biopuces » couplant trois technologies innovantes sera réalisé.

Les outils actuels de diagnostic dans le cas du cancer consistent à rechercher, entre autres, la présence de protéines qui mettent en évidence le développement de la maladie. Ces protéines sont identifiées et quantifiées grâce à des dispositifs basés sur la reconnaissance de celles-ci par leurs anticorps. Or, la production des anticorps spécifiques d’une protéine donnée est réalisée par une succession d’étapes biotechnologiques, longues, délicates et coûteuses. La détection de la formation du complexe protéine-anticorps nécessite elle aussi une étape un peu complexe, qui consiste à marquer l’anticorps avec un adduit qui permet ensuite de le détecter avec un instrument adapté.

Dans le projet ONCOMATE, on propose de mettre au point un nouveau système permettant la détection et le dosage des protéines dysfonctionnelles mises en évidence dans certains cancers -cancer du sein-, sans avoir recours à la production d’anticorps, ni à des techniques de marquage. Pour cela, un nouveau type de « biopuces » couplant trois technologies innovantes sera réalisé.
La première technologie concerne la mise au point d’un nouveau type de capteur pour reconnaître la protéine, utilisant les nanotechnologies, la seconde concerne la mise au point d’un détecteur permettant de « lire » ces biopuces et la troisième concerne le traitement du signal par intelligence artificielle.

On espère à l’aide d’un tel dispositif faciliter considérablement les méthodes d’analyses biologiques, qui permettent d’assurer le diagnostic et le suivi de la maladie tout au long du traitement.

ONCOMATE