Les lymphocytes T cytotoxiques libèrent des particules d’attaque contre leurs cibles

Les lymphocytes T cytotoxiques (CTL) sont des cellules tueuses essentielles dans la réponse immunitaire contre les virus et les cancers. Des chercheurs viennent de mettre en lumière un nouveau mécanisme d’attaque, appelé particules d’attaques supramoléculaires (SMAPs), qu’elles déploient contre leur cible. Les travaux sont publiés dans la revue internationale Science.

19.05.20 Actualité

L’importance des cellules CTL dans le système immunitaire adaptatif n’est plus à démontrer. Qualifiées de killers envers les cellules infectées par un virus ou les cellules cancéreuses, les CTL intéressent à plus d’un titre les chercheurs. Comment ces cellules parviennent-elles à éliminer leurs cibles ? Et pourquoi, parfois, n’y arrivent-elles pas ?

Un mécanisme d’action a été découvert il y a quelques années et porte le nom de synapse immunologique. Une zone « tampon » que forme une cellule LTC une fois en contact avec sa cellule cible. Avec cette zone de contact, les cellules CTL déversent des molécules solubles – la perforine – capables de perforer la membrane de la cellule cible pour laisser passer des molécules toxiques – des granzymes – à l’intérieur.

Figure 1 – Image d’une synapse immunologique cytotoxique. A gauche, la cellule CTL, à droite la cellule cible (Equipe 20 – CRCT – Inserm UMR 1027 )

L’équipe 20 du Centre de recherches en cancérologie de Toulouse (CRCT) dirigée par Salvatore Valitutti a participé à une étude coordonnée par le groupe du Pr Michael Dustin au Kennedy Institute of Rheumatology (Université d’Oxford). L’étude met en évidence un mécanisme d’attaque complémentaire lancé par les cellules CTL. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue internationale Science du mois de mai 2020.

Qu’ont découvert les chercheurs ? Outre les molécules solubles comme la perforine et les granzymes, les cellules CTL peuvent libérer des particules, appelées particules d’attaque supramoléculaires (SMAPs), qui contiennent des paquets de molécules perforantes et toxiques protégées par une enveloppe particulière (protéïque adhésive glycosylée). Ces paquets agissent comme des petites bombes larguées par les cellules CTL pour tuer leurs cibles à distance.

Figure 2 – A gauche, un CTL non activé par la cellule cible, à droite un CTL activé. Le CTL activé libère des particules d’attaque supramoléculaires qui se lient à la cellule cible.

Renforcer les particules d’attaque supramoléculaires
Ce dispositif d’attaque alternatif mis en évidence, des investigations futures sont nécessaires pour évaluer son potentiel thérapeutique. Une stratégie d’immunothérapie possible serait d’agir sur les particules d’attaques supramoléculaires en les modifiant de façon à renforcer leur action contre les cellules cancéreuses.

L’équipe 20 du CRCT, Dynamique moléculaire des interactions lymphocytaire du Pr Salvatore Valitutti a participé à l’étude en raison de son expérience dans le domaine des lymphocytes T cytotoxiques et des synapses immunologiques.

La Fondation Toulouse Cancer Santé a financé un projet de recherche initié par Salvatore Valitutti en 2014, à hauteur de 160 000 €, ayant pour but l’analyse des modifications induites dans les lymphocytes T cytotoxiques lorsqu’ils rencontrent des cellules cancéreuses.

Publication Science Magazine (mai 2020) : Lire

Lire le communiqué de presse.

 

 

 

 

Figure 1 – Image d’une synapse immunologique cytotoxique. A gauche, la cellule CTL, à droite la cellule cible (Equipe 20 - CRCT - Inserm UMR 1027 )
Article suivant

Course des Lumières : participez au format connecté le 14 novembre !

Article précédent

#Covid19 : Report de l’appel à projets 2020