Bruno Ségui , Professeur des Universités, Chercheur au CRCT (Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse)
Bruno Ségui,
Professeur des Universités, Chercheur au CRCT (Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse)Projet Résistance aux immunothérapies dans le mélanome

Grâce au financement de la Fondation Toulouse Cancer Santé, mon projet pourrait permettre de proposer de nouvelles stratégies thérapeutiques en cas de résistance aux immunothérapies.


Projet de recherche Détail du projet

Projet de recherche

Le mélanome cutané constitue un problème majeur de santé publique en raison de son incidence croissante et de sa forte capacité à métastaser, mettant en jeu le pronostic vital du patient si la tumeur n’est pas détectée précocement. En France, plus de 10000 nouveaux cas de mélanome sont diagnostiqués par an. Depuis 2010, de nouvelles immunothérapies ont augmenté la durée de vie des patients atteints de mélanome métastatique. Ces immunothérapies utilisent des anticorps qui lèvent les freins du système immunitaire et par conséquent permettent l’élimination des cellules cancéreuses. Cependant, près de la moitié des patients ne répondent pas à ces traitements ou rechutent dans les 2 ans et il n’existe, à ce jour, aucun biomarqueur permettant de prédire cette résistance. Dans ce contexte, notre équipe du Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse a récemment montré que le TNF, une protéine inflammatoire majeure, constitue un véritable frein du système immunitaire et favorise la résistance tumorale. En conséquence, les anti-TNF, des médicaments qui neutralisent le TNF, augmentent fortement la réponse immunitaire ainsi que l’efficacité des immunothérapies dans des modèles précliniques de mélanome. Il en résulte une élimination totale des cellules tumorales et une protection à long terme contre ce cancer. Ces résultats majeurs ont abouti à un essai clinique au sein de l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse-Oncopole dans lequel sera évalué l’efficacité des combinaisons d’anti-TNF et des immunothérapies chez les patients atteints de mélanome métastatique. Nos travaux actuels montrent que certaines altérations lipidiques dans les cellules de mélanome favorisent la résistance aux immunothérapies. Or, le TNF pourrait être le déclencheur de ces altérations. Dans ce projet, nous évaluerons cette hypothèse et déterminerons si ces modifications bloquent le système immunitaire et constituent des biomarqueurs de résistance aux immunothérapies. Cette étude pourrait nous permettre de proposer de nouvelles stratégies thérapeutiques en cas de résistance.


Détail du projet Je soutiens ce projet
Marc Poirot , Directeur de Recherche au CRCT (Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse)
Marc Poirot,
Directeur de Recherche au CRCT (Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse)Projet Le métabolisme du cholestérol dans le cancer du sein

Le financement de la Fondation Toulouse Cancer Santé permettra le développement de mon projet qui conduira à l’obtention de nouveaux candidats médicaments contre le cancer du sein.


Projet de recherche Détail du projet

Projet de recherche

Le cancer du sein est une maladie très répandue en France et dans le monde. En 2017, 60000 nouveaux cas et 12000 décès dus à cette maladie ont été recensés sur notre territoire national. Il est donc urgent de trouver de nouveaux médicaments, en particulier pour traiter les formes les plus agressives de ces cancers contre lesquels nous sommes aujourd’hui complètement démunis. Le développement d’un nouveau médicament implique la découverte d’une nouvelle cible identifiée dans ces cancers. Les projets de recherche développés en collaboration par l’équipe des Drs Marc Poirot et Sandrine Silvente-Poirot du Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse et l’équipe médicale du Pr Florence Dalenc de l’institut universitaire du cancer-Oncopole ont conduit à l’identification d’une cible thérapeutique nouvelle exploitable contre les formes les plus agressives de ces cancers. Cette cible est une enzyme qui produit un dérivé du cholestérol qui favorise le développement des cancers du sein. Le projet « OCDOKIILL» sélectionné par la Fondation Toulouse Cancer Santé après validation par un jury composé d’experts internationaux vise à financer une étude permettant d’améliorer nos connaissances sur cette enzyme dans le cancers du sein. Elle financera en outre le développement d’inhibiteurs de cette enzyme qui conduira à l’obtention de nouveaux médicaments contre le cancer du sein.


Détail du projet Je soutiens ce projet
Jean-Charles Portais , Professeur à l'Université Paul Sabatier, Chercheur STROMALab
Jean-Charles Portais,
Professeur à l'Université Paul Sabatier, Chercheur STROMALabProjet HIJACKAML

Notre projet vise à mieux comprendre le phénomène de détournement métabolique, grâce à une nouvelle approche (la « fluxomique »), dont nous sommes les pionniers en France. Nous allons en particulier étudier ce phénomène dans les leucémies aigües myéloïdes.


Projet de recherche Détail du projet

Projet de recherche

Les cellules cancéreuses agissent comme des parasites qui sont capables de détourner notre métabolisme à leur profit, de façon à assurer leur prolifération. Notre projet vise à mieux comprendre ce phénomène de détournement métabolique, grâce à une nouvelle approche (la « fluxomique »), dont nous sommes les pionniers en France, et qui permet de mesurer l’activité métabolique avec une précision extraordinaire. Nous allons en particulier étudier ce phénomène de détournement métabolique dans les leucémies aigües myéloïdes. Cette maladie est caractérisée par un très fort taux de rechute due à la présence de cellules capables de résister à la chimiothérapie utilisée pour ce type de cancer. Notre but est plus précisément de comprendre comment les cellules leucémiques arrivent à détourner notre métabolisme, quelles en sont les conséquences pour l’organisme, et enfin si ce détournement métabolique favorise ou non la sélection ou l’émergence de cellules chimiorésistantes. Ce projet va permettre de mieux comprendre ce mécanisme métabolique pour proposer de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à empêcher la rechute des patients atteints de cette maladie


Détail du projet Je soutiens ce projet
Julien Mazières , Médecin - Enseignant - Chercheur au Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT)
Julien Mazières,
Médecin - Enseignant - Chercheur au Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT)Projet LUNG RESIST

Environ 70% des patients porteurs d’une mutation de l’EGFR répondent aux inhibiteurs mais tous rechutent après en moyenne un an de traitement. Notre projet permettra l’approche translationnelle avec ananlyse de ce mécanisme in vivo.


Projet de recherche Détail du projet

Projet de recherche

Le cancer bronchique est le cancer qui tue le plus de patients en France et dans le monde. Depuis quelques années, les patients qui présentent certaines anomalies génétiques spécifiques telles que les mutations sur le gène de l’EGFR (environ 15% des adénocarcinomes pulmonaires, 45% chez les non-fumeurs), bénéficient de traitements appelés thérapies ciblées comme l’Erlotinib, le Gefitinib ou plus récemment l’Osimertinib, qui présentent d’excellents taux de réponses chez la plupart de ces patients. Cependant, pratiquement tous seront confrontés à des mécanismes de résistance qui limiteront rapidement le bénéfice clinique obtenu initialement.

L’origine de ces résistances reste encore très peu connue. De récentes études ont montré qu’une faible proportion de cellules tumorales avaient la capacité de s’adapter au traitement en rentrant dans un état de pseudo-dormance, leur permettant de tolérer la présence du médicament le temps nécessaire pour développer ces mécanismes de résistances. Cibler ces cellules pourrait donc constituer une nouvelle approche thérapeutique prometteuse pour freiner ou même empêcher l’émergence de résistances, néanmoins cet état cellulaire reste très peu caractérisé, rendant impossible le développement de nouveaux traitements.

Notre équipe a récemment identifié un mécanisme utilisé par les cellules tumorales bronchiques pour leur permettre de survivre aux thérapies ciblées anti-EGFR. Notre but est maintenant de mieux comprendre le comportement de ces cellules en réponse au traitement afin de déceler leurs faiblesses et de trouver un traitement capable d’éradiquer ces cellules dormantes qui sont très probablement à l’origine des rechutes chez les patients.


Détail du projet Je soutiens ce projet
1/4
Actualités

Appel à projets
 2018

Lancement du 8ème appel à projets de la Fondation. La date limite de réception des dossiers est le 15 avril 2018

Toulouse Onco Week

La Fondation était partenaire de la 2ème édition de la « Toulouse Onco Week » qui s’est tenue du 3 au 7 février 2018 à Toulouse.


Espace Presse Tous nos communiqués de presse en libre téléchargement au format pdf.

37 projets de recherche

soutenus par la Fondation

10,37 millions d’euros

de subventions apportées

Une Fondation au service de la recherche et d’une médecine de pointe délivrée au sein de 3 sites hospitalo-universitaires à Toulouse et de 36 établissements de soin publics et privés en région offrant l’opportunité de bénéficier précocement de médicaments innovants développés en partenariat avec des centres de recherche.

1/2
Chiffres Clés

Participez à l’Arbre des donateurs.
Le principe est symbolique de la démarche solidaire de la Fondation Toulouse Cancer Santé

 

La Fondation Toulouse Cancer Santé mène, de juillet 2018 à juin 2019, une 3e campagne de collecte de 400 000 € via ce dispositif afin de financer 4 projets de recherche.

en savoir plus
TOTAL SIEMENS MIDI Capital LCL newrest Pierre Fabre atr amgen THALES accor hotel La dépeche KPMG TOTAL BNP PARISBAS VINCI GSK