Projet de recherche translationnelle coordonné par Liliana LUCCA, chercheuse au sein de l’équipe GENIM : Oncogénomique Et Immunologie Du Myélome, du Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse.

Collecte de fond en cours : 100 000 €


Liliana Lucca

L’immunothérapie du cancer agit en stimulant le système immunitaire pour qu’il rejette les cellules tumorales comme s’il s’agissait d’un corps étranger.
Au cours des dix dernières années, l’immunothérapie a révolutionné les soins contre le cancer, apportant de l’espoir aux patients qui étaient jusqu’alors confrontés à des diagnostics délétère, voire de phase terminale.
Certaines formes d’immunothérapie agissent en relâchant le frein à une réponse immunitaire épuisée par la croissance tumorale continue.

Malheureusement, de nombreux types de cancer ne répondent pas à cette approche. Dans ces cas-là, le système immunitaire n’a jamais été correctement stimulé pour élaborer une réponse contre la tumeur, car il ne reconnait tout simplement pas la tumeur comme un corps étranger.
Les patients atteints de ces cancers ont donc besoin de stratégies nouvelles d’immunothérapie afin de leur apporter cette stimulation manquante.

Les anticorps bispécifiques CD3 peuvent tout à fait stimuler les cellules immunitaires, mais uniquement celles qui se trouvent dans l’environnement proche des cellules tumorales. En forçant les lymphocytes T à attaquer la tumeur même s’ils ne la reconnaissent pas comme un corps étranger, les anticorps bispécifiques peuvent donc bénéficier aux patients qui ne répondent pas aux autres formes d’immunothérapie.

Le myélome multiple (MM) est un cancer du sang incurable. Les traitements existants peuvent provoquer une rémission mais ne peuvent pas empêcher sa récidive.
Les formes d’immunothérapie existantes n’ont aucun effet sur ce problème, mais les anticorps bispécifiques CD3 se sont révélés, lors d’essais cliniques préliminaires, très prometteurs dans ce domaine.
Néanmoins, on sait peu de choses :
– sur les cellules immunitaires responsables de l’efficacité du traitement,
– sur les caractéristiques tumorales qui rendent le MM trop agressif pour être maîtrisé par le système immunitaire,
– et sur ce qui provoque la récidive de la maladie.

Dans ce projet, l’équipe de Liliana LUCCA effectuera des analyses de pointe sur les cellules immunitaires et les cellules tumorales de patients, atteints de MM, traités avec des anticorps bispécifiques CD3 dans le cadre d’un essai clinique.
En comparant l’évolution des cellules immunitaires au cours du traitement chez les patients qui répondent et chez ceux qui ne répondent pas au traitement, nous découvrirons des déterminants de l’efficacité du traitement qui permettront aux oncologues d’identifier les patients qui bénéficieront de cette forme d’immunothérapie.

Projets accompagnés



Je soutiens ce projet